La taverne

Ici on parle de tout et de rien, alors venez boire un verre. A votre santé!
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 FIV (fécondation in vitro)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
grenouille1664
Petit Bavard
Petit Bavard
avatar

Nombre de messages : 157
Age : 33
Localisation : grenay
Date d'inscription : 04/08/2008

MessageSujet: FIV (fécondation in vitro)   Mar 24 Fév - 11:37

Source de l'article : http://www.aly-abbara.com/livre_gyn_obs/termes/fiv.html

FIV (fécondation in vitro)


C'est une des techniques de la procréation médicalement assistées dans le but de traiter la stérilité ; elle consiste à réaliser au laboratoire la formation de l'embryon puis à la replacer à l'intérieur de l'utérus.

Le déroulement de la fécondation in vitro passe par plusieurs étapes successifs qui sont les suivants :

o La stimulation des ovaires : normalement, durant un cycle menstruel normal, l'ovaire donne un seul ovule mature mais dans la FIV, pour augmenter les chances de succès, le médecin essaye d'obtenir un maximum d'ovules matures ; pour arriver à ce but il faut stimuler les ovaires de manière artificielle en administrant à la femme des médicaments inducteurs de l'ovulation qui permettent le développement, en même temps, de plusieurs follicules ovariens et par conséquence plusieurs ovules en même temps.


o Le monitorage de la stimulation ovarienne permet de surveiller le bon déroulement de la croissance des follicules ovariens sous l'effet des inducteurs de l'ovulation. Ce monitorage est basé sur :
+ les contrôles échographiques des ovaires qui permettent de préciser le nombre de follicules en développement, la taille de ces follicules et leurs localisation à l'ovaire droit et gauche ;
+ les dosages répétitifs de l'hormone de l'oestradiol dans le sang.


o En couplant les dosages hormonaux de l'oestradiol au nombre et tailles des follicules observés à l'échographie le médecin peut évaluer le degré de la maturation de ces follicules et donc de déterminer le moment optimal pour l'administration des (HCG ou les gonadotrophines chorioniques) qui ne sont que des hormones qui déclenchent l'ovulation mais leur administration est nécessaire aussi pour achever la maturation des follicules ovariens en développement ;


o La ponction des follicules ovariens dans le but de recueillir les ovules : elle est faite entre 34 à 36 heures après l'injection des déclencheurs de l'ovulation ( Les HCG) ; si l'on dépasse les 36 heures, on risque de voir qu'une ovulation spontanée se produit au niveau des ovaires avec un désavantage énorme qui est la perte des ovules matures parce que leur recueil devient impossible. La ponction des follicule se réalise par voie vaginale sous contrôle échographique endovaginal mais dans des rares cas, le recueil peut être réalisée à travers la paroi abdominale sous contrôle échographique abdominal. Enfin la ponction des follicules est souvent réalisée sous anesthésie locale mais parfois l'anesthésie générale est nécessaire.


o Le recueil des spermatozoïde est fait par masturbation, le jour de la ponction des follicules, le médecin biologiste procède à la préparation du sperme qui consiste à récupérer les spermatozoïdes les mobiles ;


o La mise en culture des ovules recueillis dans des milieux de culture spéciaux et en contact avec les spermatozoïdes : durant cette étape deux phénomènes peuvent être observés : la fécondation in vitro et la division cellulaire des ovules fécondés (le clivage) :
+ la fécondation in vitro proprement dite qui consiste à mettre en contact les ovules et les spermatozoïdes dans une éprouvette pour permettre à ces spermatozoïdes de féconder les ovules. Normalement l'ovule ne peut être pénétré et fécondé que par un seul spermatozoïde ; en moyenne, 50 % des ovules sont fécondés mais ce chiffre peut aller de 0 à 100 % ;

En fécondation in vitro avec ICSI, le médecin biologiste introduit, lui même, artificiellement, par micro-injection sous contrôle microscopique, le spermatozoïde à l'intérieur de l'ovule pour le féconder ;
+ le clivage cellulaire est la multiplication cellulaire de l'ovule fécondé (zygote) qui aboutira à la formation de l'embryon : normalement au bout de 48 heures de mise en culture l'œuf fécondé se divise en quatre cellules ;
+ c'est souvent à ce stade de division cellulaire que les l'embryons sont transférés à l'intérieur de l'utérus mais dans certains cas le transfert est réalisé au bout de 6 à 7 jours après avoir été mis dans des milieux de coculture spéciaux, les embryons dans ce cas là atteignent un stade embryologique beaucoup plus avancé et appelé le stade de blastocyste.


o Le transfert des embryons, comme on a vu, consiste à introduire les embryons obtenus par la fécondation in vitro à l'intérieur de l'utérus (dans la cavité utérine) en passant à travers le col utérin, il se fait sans anesthésie. Le nombre d'embryon transféré est de l'ordre de 2 à 3 embryons, un nombre plus important augmente la chance d'obtenir une grossesse mais il augmente le risque de grossesse multiple (grossesse gémellaire ou plus) ;


o la congélation des embryons restant et de bonne qualité après le premier transfert (embryons surnuméraires) : ces embryons pourront être replacés dans un autre cycle si l'on n'obtient pas de grossesse après les transferts précédents ou s'il y a un désir de nouvelle grossesse dans les deux ans qui suivent l'accouchement après un transfert réussi.



_________________











http://gren0uille1664.skyrock.com[url][/url]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gren0uille1664.skyrock.com
grenouille1664
Petit Bavard
Petit Bavard
avatar

Nombre de messages : 157
Age : 33
Localisation : grenay
Date d'inscription : 04/08/2008

MessageSujet: Re: FIV (fécondation in vitro)   Mar 24 Fév - 11:41



Source de l'article : http://www.famili.fr/grossesse/116-envie_de_bebe/4692-infertilite_et_pma/2000788605-tout_savoir_sur_la_fecondation_in_vitro/

Tout savoir sur la fécondation in vitro

La fécondation in vitro permet chaque année à 12 000 bébés de voir le jour en France, alors que leurs parents n'auraient jamais eu cette chance autrement. C'est donc une formidable réussite. Pour autant, il ne s'agit pas d'un traitement de routine et une forte motivation est essentielle.

Pour qui la FIV ?

Quand recourir aux FIV ?
La première fécondation in vitro (FIV) couronnée de succès et ayant donné naissance à un bébé (Amandine) en France il y a 25 ans, a été mise au point pour pallier un problème de trompes malades. On proposait alors une FIV lorsqu'un antécédent infectieux, chirurgical ou encore une séquelle de grossesse extra-utérine rendait impossible la rencontre de l'ovocyte et du spermatozoïde dans les trompes. L'objectif était d'organiser cette rencontre dans un milieu de culture propice, en laboratoire, le ou les embryons ainsi obtenus étant ensuite réimplantés dans l'utérus. Depuis, les indications de la FIV se sont élargies à l'endométriose, une affection caractérisée par la présence anormale de muqueuse utérine au niveau des ovaires, aux infertilités inexpliquées lorsque les autres techniques (stimulation ovarienne, insémination artificielle) ont échoué, ainsi qu'aux stérilités d'origine masculine.

Quand recourir aux FIV avec ICSI ?
Lorsque le sperme du conjoint est vraiment défaillant, l'équipe médicale peut être amenée à proposer une FIV avec micro-injection de spermatozoïde (ICSI). Cette technique est également appelée “FIV assistée” car le spermatozoïde est directement injecté dans l'ovocyte. Elle est utilisée dans environ une FIV sur deux, notamment en cas de mauvaise qualité du sperme. Et lorsqu'il n'y a carrément pas de spermatozoïdes dans le sperme, il est même possible d'aller en prélever dans les testicules ! Ces techniques médicales ont ainsi considérablement changé le pronostic des stérilités masculines …

L'erreur à ne plus faire
Les chances de concevoir naturellement un enfant diminuent avec l'âge. Or certains couples qui vivent ensemble depuis l'âge de 25 ou 30 ans se retrouvent finalement dans un centre de procréation médicale assistée pour des troubles de la fertilité après 38 ans parce qu'ils s'étaient fixés d'autres objectifs auparavant, comme voyager, sortir ou profiter de la vie ! Une FIV n'ayant rien d'un traitement anodin, chaque couple doit y réfléchir à deux fois avant de retarder le moment d'avoir un enfant.

Uniquement dans un centre agréé et sous conditions


Depuis janvier 2007, c'est l'Agence de Biomédecine qui délivre un agrément au praticien chargé de faire une FIV. Quant aux établissements où elles se pratiquent, ils doivent disposer d'une autorisation délivrée par les Agences régionales d'hospitalisation (ARH). Leur liste est consultable sur le site de l'Agence de biomédecine.

Pour espérer en bénéficier, il faut bien sûr relever d'une indication médicale, mais cela ne suffit pas : le couple, hétérosexuel, doit justifier d'une vie commune depuis au moins deux ans, être en âge de procréer et tous les deux vivants au moment de la FIV. De son côté, le médecin doit expliquer en quoi cela consiste, quelles sont les chances de succès et les alternatives et obtenir le consentement écrit des deux futurs parents. Une fois passées ces formalités et après avoir rempli une demande d'entente préalable avec la sécurité sociale, cette dernière accepte la prise en charge de quatre FIV par couple (quatre autres en cas de naissance d'un enfant).

_________________











http://gren0uille1664.skyrock.com[url][/url]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gren0uille1664.skyrock.com
grenouille1664
Petit Bavard
Petit Bavard
avatar

Nombre de messages : 157
Age : 33
Localisation : grenay
Date d'inscription : 04/08/2008

MessageSujet: Re: FIV (fécondation in vitro)   Mar 24 Fév - 11:45

Tout savoir sur la fécondation in vitro suite ....


En pratique


Le recueil des ovocytes et des spermatozoïdes
Ce n'est pas une partie de plaisir, surtout pour la femme ! En effet, la FIV consiste à lui administrer des hormones pour favoriser la maturation de dix à vingt follicules (futurs œufs) par cycle. Ces derniers sont alors ponctionnés par les voies naturelles, sous contrôle échographique et sous anesthésie. Il est impossible de passer outre, même si la stérilité relève exclusivement de son conjoint ! Or ces traitements hormonaux entraînent des effets secondaires comme une pesanteur pelvienne, des troubles de la circulation, une prise de deux-trois kilos, des troubles de l'humeur... Et chez près de 1 % des femmes, ce traitement provoque un syndrome d'hyperstimulation ovarienne pouvant nécessiter une hospitalisation. Aussi, il faut bien peser le pour et le contre avant de se lancer et surtout, le conjoint doit vraiment se montrer compréhensif et solidaire …

La fécondation in vitro à proprement parler
Le jour même où les ovocytes sont prélevés, se fait le recueil du sperme. Après examen et préparation par un biologiste, ovocytes et spermatozoïdes sont mis en contact dans un milieu propice à la fécondation. Lorsque ces spermatozoïdes sont trop peu nombreux ou altérés, le spécialiste peut prendre un spermatide dans le testicule (spermatozoïde immature) et l'injecter grâce à une micro-pipette, directement dans l'ovocyte (FIV avec ICSI).

Le transfert d'embryons
Un ou deux embryons, au maximum, sont transférés dans l'utérus dans les jours qui suivent la fécondation, les autres pouvant être congelés en vue d'une nouvelle tentative. En effet, les médecins préfèrent éviter les grossesses multiples, toujours plus risquées sur le plan médical qu'une grossesse avec un unique embryon. Ce transfert, très simple, se fait par le biais d'un cathéter introduit dans l'utérus et ne nécessite pas d'anesthésie. Mais la femme doit encore recevoir des hormones (celles de la grossesse) et patienter quinze jours avant de faire un test de grossesse. S'il s'avère positif, une échographie de contrôle est réalisé deux semaines plus tard.


Quelles chances de réussite ?


Moins d'un quart des embryons transférés va donner lieu à une grossesse et une grossesse sur quatre va se solder par une fausse-couche. Avoir plus de 37 ans ou encore, le fait d'être fumeuse, diminue fortement les chances de succès. Enfin, une étude récente (“New England Journal of Medicine”, juillet 2007) vient de montrer que le fait de réaliser un diagnostic pré-implantatoire (DPI), c'est-à-dire un examen génétique sur un embryon de trois jours obtenu par FIV, avant de le transférer - notamment pour vérifier s'il est indemne d'une maladie génétique grave que peuvent lui transmettre ses parents - compromettait également les chances de succès de la FIV.

_________________











http://gren0uille1664.skyrock.com[url][/url]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gren0uille1664.skyrock.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: FIV (fécondation in vitro)   

Revenir en haut Aller en bas
 
FIV (fécondation in vitro)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fécondation in vitro et pierres ...
» dans la chaleur de Belgrade !!!
» In vitro ou intra utérine... mais question
» Crocodile du Nil
» le figuier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La taverne :: Du coté des mamans-
Sauter vers: